Johnny Boufarhat : Sans bureau ni domicile fixes et j’ai des milliards de revenus

En deux ans seulement, Johnny Boufarhat a transformé sa plateforme d’hébergement de conférences en ligne, Hopin, en une entreprise évaluée à plus de 4 milliards de livres sterling (3 billions 55 milliards 216 millions 900 mille FCFA).

Il emploie plus de 650 personnes, dont certaines qu’il n’a jamais rencontrées et qui ne travaillent pas dans un bureau central.

Selon le Sunday Times Rich List, le jeune homme de 27 ans est désormais le plus jeune milliardaire britannique ayant réussi par ses propres moyens. Lors d’une récente levée de fonds, Hopin a réuni 400 millions de dollars (plus de 305 milliards FCFA) auprès d’investisseurs privés, ce qui lui confère une valeur impressionnante de 5,65 milliards de dollars (3 billions 108 milliards 198 millions 700 mille).

Mais il aime faire les choses différemment.

“Le fait d’être une entreprise entièrement à distance nous permet de faire des choses que d’autres entreprises n’ont pas pu faire auparavant”, explique Johnny Boufarhat, depuis sa dernière location Airbnb à Barcelone, en Espagne.

Cet entrepreneur n’a pas de bureau permanent, il n’a même pas de domicile permanent.

C’est un nomade numérique qui passe d’une location à l’autre et dirige son entreprise où qu’il se trouve.

“Il y a dix ans, vous ne pouviez pas le faire parce que le logiciel n’était pas assez bon, envoyer des courriels dans les deux sens ne suffit pas”, explique M. Boufarhat. Il ne s’agit pas d’une décision idéologique, ajoute-t-il, le travail à distance s’est simplement avéré plus efficace au fur et à mesure que l’entreprise s’est développée à la vitesse de l’éclair.

Un timing parfait

Hopin n’a démarré qu’en 2019 avec six employés, mais a connu une croissance exponentielle pendant la pandémie, alors que les lockdowns signifiaient que l’industrie des conférences était effectivement mise en veilleuse.

Hopin est intervenu pour offrir une alternative en ligne. Comme Zoom, elle était dans le bon espace technologique au bon moment.

La plateforme a accueilli plus de 80 000 événements depuis 2020, travaillant avec des organisations et des entreprises comme les Nations unies, l’OTAN, Slack et Unilever.

Il n’envisage pas dans l’immédiat de modifier le modèle de travail à distance qui a si bien servi sa start-up. En fait, il a développé une culture d’entreprise numérique unique pour le soutenir.

Il s’agit d’un modèle qui pourrait indiquer comment d’autres entreprises seront lancées et gérées à l’avenir.

Une fois par mois, les 660 employés se réunissent par vidéo sur la plateforme de Hopin pour une “réunion publique”, que M. Boufarhat décrit comme “ressemblant davantage à un jeu télévisé”.

Pour ce qui est des aspects pratiques du travail à distance, Hopin utilise des logiciels collaboratifs basés sur le cloud : Microsoft Teams, Slack, la plateforme de messagerie vidéo Loom, Figma (pour le travail de conception) et Notion (qui permet de partager des informations dans des notes Wiki).

Il existe des robots pour patrouiller la plateforme de messagerie Slack, qui réunissent des collègues au hasard une fois par mois pour un café en ligne (dans le but de remplacer les moments où l’on boit de l’eau).

Hopin organise également une enquête mensuelle en ligne auprès du personnel pour déterminer les aspects de la vie professionnelle à améliorer.

M. Boufarhat pense que les collègues auront envie de se rencontrer en personne pour des raisons sociales dans un monde post-délocalisation, mais que cela ne sera probablement pas nécessaire pour le travail, car les outils de productivité sont tellement bons.

“De plus, le travail à distance nous a permis d’embaucher dans un vivier mondial de talents, ajoute-t-il, ce qui est nécessaire lorsque l’on connaît une croissance aussi rapide.”

“Cela a fait de moi une personne différente”

Son histoire personnelle est fascinante – l’idée de Hopin est née de la maladie.

Sa famille est originaire du Liban, mais il est né et a grandi en Australie, avant de s’installer à Londres à l’adolescence.

Il est parti voyager avec sa petite amie en Asie du Sud-Est en 2015, après avoir obtenu un diplôme d’ingénieur en mécanique à l’université de Manchester.

Mais il a attrapé un microbe pendant le voyage qui l’a laissé immunodéprimé. De retour à Londres, il est resté alité pendant des mois.

“Cela a fait de moi une personne différente”, se souvient Boufarhat. “J’étais incapable de sortir de chez moi, je vomissais, la fatigue était vraiment, vraiment mauvaise. Après plus d’un an de traitement, j’étais vraiment à bout de forces. Je ne me sentais pas capable de continuer à vivre une vie aussi fermée.”

Alors qu’il avait l’impression de pouvoir se socialiser dans une certaine mesure en ligne – grâce aux médias sociaux et à YouTube – il avait du mal à se constituer un réseau et avait le sentiment que sa carrière était en chute libre.

Il parvenait à faire du codage en freelance pour se maintenir à flot financièrement, mais il se sentait dans les limbes.

La participation à des webinaires et à des vidéoconférences était une chose qu’il pouvait faire avec succès, même s’il était alité, mais il ne pouvait pas rencontrer des gens et établir de nouveaux contacts, ce qui, selon lui, était la clé du progrès.

“Il pouvait y avoir 1 000 personnes dans un webinaire, mais il n’y avait toujours que deux personnes qui parlaient et vous ne pouviez même pas voir qui d’autre regardait avec vous”, se souvient M. Boufarhat.

Sa solution a été de coder lui-même la première version de Hopin, qui est conçue pour être une expérience interactive pour les délégués, leur permettant de se connecter avec d’autres participants, par le biais de la messagerie et de salles de réunion en ligne.

Avec le temps, il a pu améliorer son état de santé en expérimentant différents régimes alimentaires.

“Avec le recul, la maladie m’a donné une seconde vie, elle m’a donné pour mission de rendre le monde plus petit.”

En 2019, il s’est enfin senti assez bien pour lancer le produit qu’il avait imaginé pendant son enfermement.

Il était loin de se douter que ce serait une maladie mondiale, Covid-19, qui conduirait à son adoption massive et à son succès.

Avec BBC

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :