Santrinos Raphael : un succès fulgurant qui révolutionne la musique Togolaise

“J’ai une grande chance de l’avoir. Ce soir, je vais lui demander d’être ma fiancée”. Les premiers mots d’une chanson qui lance définitivement la carrière d’un jeune artiste Santrinos Raphael qui embrasse sa passion tout comme la plus part des jeunes sans savoir à quoi s’attendre. 14 juillet 2017, “Fiançailles” devient très tôt l’hymne des amoureux, le refrain des cœurs ayant goûté à cette salve douce, mielleuse et parfois énigmatique. Mélodieuse et parfaitement ajustée à la beauté des oreilles, la chanson commence par s’imposer un peu partout et comme on en a l’habitude, les critiques ne se font pas attendre.

“Ce n’est qu’un coup de chance”, la principale devise de tous ces sceptiques qui trouvent toujours à dire et qui adosse tout au fruit du hasard. Lentement, sûrement et sous la houlette de Mansa GroupeHounou Atassé Elpidio alias Santrinos Raphael commence à effacer le doute et à s’imposer : “Crois en moi”, une prière non seulement à la femme, mais aussi à cette voix qui tente de le persuader d’une triste réalité de la musique togolaise, ” à Lomé, la musique ça ne paie pas”. “A qui la faute”, “Juste une soirée”, les sceptiques doutent toujours et espèrent que la carrière du jeune finisse comme la plupart de ses prédécesseurs qui se sont arrêtés en route, qui se sont vu boycotté par les siens jaloux de leur succès ou pire encore qui se retrouvent à quémander pour survivre.

Suivra alors “My Moona” qui annonce les couleurs d’un grand projet : la sortie d’un futur album. Les morceaux s’enchaînent révélant de jour en jour le talent de cet artiste marqué par plusieurs particularités : l’authenticité de sa voix, l’originalité de ses chansons, l’esprit de créativité qui accompagne chaque sortie, une stratégie de communication pour le moins payante.

Le samedi 28 juillet, Santrinos procède au lancement de son premier album « Crois en moi » composé de dix-huit (18) titres. “Fiançailles”, “Juste une soirée”, “Crois en moi”, “Lonlon“, l’amour y est peint toujours avec cette particularité révélatrice du génie artistique de l’enfant de Bè. “Effondré”, “A qui la faute”, les multiples périples de cet amour qui donne parfois des insomnies. Inévitablement, l’album remporte le prix du meilleur album de l’année 2018 aux All Music Awards.

Comme pour confirmer son règne sans partage du nouveau roi du R&B, l’artiste se lance le défi de remplir le Palais des Congrès de Lomé. Un choix audacieux qui portera finalement ses fruits le 22 septembre 2018 avec une salle archi-comble. À 20 ans, Santrinos Raphael bat alors le record du jeune artiste togolais le plus titré de l’année 2018 avec 8 trophées, une première au Togo.

Des exploits, des trophées, des récompenses, toujours présents lors des grands événements, Santrinos commence à avoir faim et lorgne le voisinage. Le 4 juillet 2020, l’ambassadeur du programme Imbattable annonce « WAA » en featuring avec l’artiste béninoise Zeynab. Un succès immédiat qui rehausse la carrière international de l’artiste et qui fait exploser ses compteurs de vues sur YouTube.

Chaque effort portant toujours ses fruits, le petit protégé de génie du football togolais Sheyi Emmanuel Adebayor, sera enfin reconnu et nommé ambassadeur du groupe Togocom aux côtés de la présentatrice Océane Amé Codjia et du comédien Abawoé. Sacré meilleur artiste masculin de l’année aux All Music Awards, l’artiste a confirmé et certifié son succès avec le titre « Monica » en featuring avec l’artiste Ghanéen Stonebwoy.

Retracer ce beau parcours est un exercice passionnant, mais hélas qui n’a point de limite quand on veut s’attarder sur tous les détails. On retiendra tout de même que Santrinos a commencé comme tout artiste, mais il a réussi à se hisser au sommet parce qu’il a cru en lui, qu’il a su s’entourer de bonnes personnes et que le travail a toujours été son Leitmotiv. Il a réussi à briser les préjugés qui étaient ancrés dans l’esprit des Togolais, comme quoi il n’est plus possible de remplir le palais des congrès, la musique, ça ne paye pas, et autres blablabla

Le meilleur reste à venir et Santrinos Raphael continuera de rehausser et de révolutionner la musique togolaise. D’ores et déjà, son statut d’icône de la musique Togolaise est belle et bien éternellement ancré dans l’histoire.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :