Osinachi Nwachukwu : quand la mort de la chanteuse met en lumière les violences conjugales que subissent les femmes

Plus de 9 000 personnes ont signé une pétition en ligne demandant justice pour la chanteuse de gospel Osinachi Nwachukwu et d’autres victimes présumées de violences domestiques au Nigeria.

Elles demandent également l’adoption d’une législation pour lutter contre les violences domestiques.

La mort de Nwachukwu a indigné de nombreux Nigérians et a suscité des discussions sur le mariage, la violence domestique et le divorce.

Dans un premier temps, on a dit que la chanteuse était morte d’un cancer de la gorge, mais ses amis et sa famille ont affirmé qu’elle avait été victime de violences conjugales.

Son mari, Peter Nwachukwu, est en garde à vue mais n’a été inculpé d’aucune infraction. L’enquête est toujours en cours.

La ministre nigériane de la Condition féminine, Pauline Tallen, a promis d’obtenir justice pour Nwachukwu.

Il n’existe pas de loi nationale contre la violence domestique au Nigeria.

Une loi sur l’interdiction de la violence à l’égard des personnes adoptée en 2015 ne s’applique qu’à Abuja, la capitale.

Elle n’est pas contraignante pour les 36 États, à moins qu’ils ne l’adoptent eux-mêmes. Vingt-huit États l’ont adoptée jusqu’à présent.

Qui était Osinachi Nwachukwu ?

Osinachi Nwachukwu était l’une des artistes gospel les plus populaires du Nigeria, sa voix étant décrite comme « angélique ».

Elle a participé à la chanson gospel à succès de 2017, Ekwueme, qui compte 71 millions de vues sur YouTube.

De nombreux Nigérians, en particulier des chrétiens, ont réagi avec tristesse et colère à la nouvelle de sa mort.

Certains se sont mis en ligne pour exhorter les chefs religieux à ne pas conseiller aux membres de l’église de rester dans des relations abusives.

Les discussions sur les violences domestiques est également devenue une tendance sur les médias sociaux.

L’église populaire qui employait précédemment Nwachukwu comme chanteuse principale, Dunamis International Gospel Centre, n’a pas encore commenté sa mort, mais affirme qu’elle le fera bientôt.

L’église a partagé une courte vidéo avec la BBC qui dit avoir enseigné à sa congrégation qu’il vaut mieux être célibataire et vivant que de mourir dans un mariage abusif.

Osinachi Nwachukwu laisse derrière elle quatre enfants.

Retrouvez Gnatepe médias sur Google Actualités

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire