Se coucher après minuit : est-ce nocif pour la santé ?

Avis aux couche-tard : rester réveillé après minuit peut avoir des conséquences nocives pour la santé. Une étude publiée au printemps dernier dans la revue Frontiers in Network Physiology révèle que cette habitude peut notamment affecter le fonctionnement du cerveau.

Les chercheurs expliquent ici que l’esprit peut se voir troublé le lendemain si on ne s’endort pas avant minuit. Selon leurs conclusions, les êtres humains qui restent éveillés tard pourraient voir le monde de façon négative ou pire, d’adopter des comportements impulsifs. Exemples : consommation d’alcool ou de drogues, dépendance aux jeux d’argent.

Le corps produit également naturellement plus de dopamine la nuit, ce qui peut modifier le système de récompense et de motivation et augmenter la probabilité d’adopter un comportement à risque. Le fait de rester éveillé après minuit a également un impact sur nos choix alimentaires. La nuit tombée, on recherche davantage de glucides, de lipides et d’aliments transformés et on ingère souvent plus de calories que nécessaire. Alors, cette habitude est-elle à proscrire définitivement ?

Faut-il éviter de se coucher après minuit ?

« C’est à la fois vrai et faux. C’est à dire que ce qui compte le plus, c’est de respecter son horloge biologique, qui est très codée génétiquement, et qui fait que certaines personnes sont plus du soir ou du matin. Il faut respecter ses rythmes pour ne pas entraîner de stress sur l’organisme », tempère le dr Pierre-Alexis Geoffroy psychiatre. Ce qui veut dire que si vous avez l’habitude de vous coucher après minuit et que vous vous réveillez en forme, inutile de vous forcer à vous mettre au lit avant. A contrario, si vous vous sentez épuisés à partir de 22h, inutile de lutter contre le sommeil. Tout dépend vraiment de votre propre horloge biologique. En clair : il n’y a pas d’heure de coucher idéale.

« Si on n’écoute pas son propre rythme veille-sommeil, et qu’on ne le respecte pas, ou qu’on ne dort pas assez par rapport à ce que son corps exige, on se retrouve en privation de sommeil, avec des conséquences diurnes comme de la somnolence, des accidents, et un mauvais fonctionnement global de l’organisme. Bien dormir, c’est une question de qualité de sommeil et de quantité d’heures propres à chacun », ajoute le psychiatre.

En tout état de cause, il faut rappeler que le sommeil, au même titre que l’alimentation et l’activité physique reste l’un des piliers de la santé, et que tout trouble du sommeil ne doit être ni négligé, ni pris à la légère. Un médecin du sommeil peut être à même de résoudre toutes vos difficultés en la matière. Il ne faut jamais hésiter à en consulter un dès l’apparition de troubles nocturnes.

Source : Topsante

Retrouvez Gnatepe médias sur Google Actualités

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire