CAN 2024 : Rigobert Song 9è, Aliou Cissé 7è…Top 10 des salaires des sélectionneurs

La Coupe d’Afrique des Nations (CAN) se tiendra en Côte d’Ivoire du 13 janvier au 11 février 2024. Plusieurs entraîneurs participant à cet événement sont déjà bien connus du public.

En début 2024, la CAN reviendra sur les écrans. Le Sénégal, champion en titre après sa victoire en 2022 contre l’Égypte, cherchera à défendre son titre. Les Lions de la Teranga, sous la houlette d’Aliou Cissé, un des entraîneurs les mieux payés d’Afrique, se préparent pour ce challenge.

Découvrez les rémunérations des entraîneurs participant à la prochaine édition de la CAN.

10. Jalel Kadri (Tunisie) : 11 000 euros par mois

Le Tunisien est loin de ses homologues. Lors de la Coupe du Monde 2022, il était le salaire le plus bas de la compétition. Il va tenter de continuer de faire son excellent travail à la tête des Aigles de Carthage qui avaient battu la France au Qatar.

9. Rigobert Song (Cameroun) : 29 000 euros par mois

En tant que joueur, Rigobert Song a remporté deux fois la CAN. Il va tenter d’ajouter ce titre désormais en tant qu’entraîneur des Lions Indomptables. Lors de la dernière édition, les Camerounais avaient perdu en demi-finale avant de remporter la petite finale.

8. Chris Hughton (Ghana) : 46 000 euros par mois

L’Irlandais a débarqué la tête de la sélection ghanéenne quelques mois après le Mondial 2022. Il va tenter de laver l’affront de la dernière CAN, où les Black Stars ont été éliminés dès le premier tour.

7. Aliou Cissé (Sénégal) : 46 000 euros par mois

Le sélectionneur sénégalais est en poste depuis 2015. Il a notamment remporté la dernière CAN contre l’Égypte. Fin 2022, il avait prolongé son contrat jusqu’en 2024 avec les Lions de la Teranga et a doublé son salaire d’après le journal Record.

6. Hugo Broos (Afrique du Sud) : 50 000 euros par mois

En poste depuis plus de deux ans, le Belge tente d’insuffler une nouvelle dynamique chez les Bafana Bafana. Les Sud-Africains n’ont plus participé à un Mondial depuis 2010, année où ils l’ont organisé. Sur le plan continental, ils ont également du mal à rayonner, absents de la dernière CAN.

5. Walid Regragui (Maroc) : 60 000 euros par mois

Walid Regragui a remplacé Vahid Halilhodzic a la tête de la sélection marocaine quelques mois avant le Mondial au Qatar. Il a réussi à hisser les Lions de l’Atlas en demi-finale en éliminant l’Espagne et le Portugal. Il va désormais tenter de placer le Maroc sur le toit de l’Afrique.

4. José Peseiro (Nigeria) : 70 000 euros par mois

Le Portugais divise au Nigeria. Les mauvais résultats des Super Eagles pouvaient avoir raison de lui mais la fédération nigériane connait une importante crise qui l’empêche de le licencier. Le sélectionneur a accepté une baisse de salaire cet été, qui était d’environ 70 000 euros par mois mais le nouveau montant n’a pas filtré.

3. Jean-Louis Gasset (Côte d’Ivoire) : 108 000 euros par mois

L’ancien entraîneur des Girondins de Bordeaux va tenter de faire couronner la Côte d’Ivoire à domicile. Les Élephants sont les organisateurs de cette CAN. C’est la première fois que le Français entraîne une sélection nationale. D’après Enquête Média, son salaire mensuel dépasse la barre des 100 000 euros.

2. Rui Vitoria (Égypte) : 200 000 euros par mois

En juillet 2022, le Portugais est devenu le nouveau sélectionneur des Pharaons. Il va tenter de réussir de remporter la CAN qui fuit l’Égypte depuis 2010. Il est le deuxième plus gros salaire du continent africain.

1. Djamel Belmadi (Algérie) : 208 000 euros par mois

D’après une source proche de la fédération algérienne de football, le salaire de Djamel Belmadi avoisine les 200 000 euros par mois indique le média El Khabar. Il avait permis aux Fennecs de soulever la CAN en 2019 avec la révélation d’Ismaël Bennacer. C’est le plus gros salaire du continent africain.