Emploi : Le Programme Alimentaire Mondial recrute plusieurs profils

Le Programme alimentaire mondial (PAM) est l’agence d’aide alimentaire des Nations Unies et la plus grande organisation humanitaire au monde luttant contre la faim. Voici quelques informations clés à son sujet:

  1. Mission: Le PAM a pour mission de sauver des vies dans les situations d’urgence, de soutenir la reconstruction après une urgence et d’agir pour éliminer la faim dans le monde. Il vise à améliorer la nutrition et à renforcer la résilience des communautés.
  2. Assistance d’urgence: Le PAM intervient rapidement en cas de crises, fournissant une aide alimentaire essentielle aux victimes de guerres, de conflits civils, de catastrophes naturelles, de malnutrition chronique, etc.
  3. Prévention de la malnutrition: Le PAM cible en particulier les enfants de moins de cinq ans, les femmes enceintes et allaitantes, qui sont les plus vulnérables à la malnutrition. Des programmes spécifiques sont élaborés pour leur fournir une alimentation équilibrée.
  4. Soutien aux communautés: Au-delà de la simple distribution d’aliments, le PAM développe des programmes pour soutenir l’agriculture locale, la scolarité des enfants (par exemple, des programmes de repas scolaires) et des initiatives pour autonomiser les femmes.
  5. Innovations: Le PAM utilise des solutions innovantes pour fournir de l’aide, comme les transferts monétaires et les bons alimentaires, qui permettent aux bénéficiaires d’acheter de la nourriture localement.
  6. Financement: Le PAM dépend entièrement des contributions volontaires, principalement des gouvernements, mais aussi du secteur privé et des particuliers.
  7. Reconnaissance internationale: Le travail du PAM a été reconnu à l’échelle mondiale, notamment en 2020, lorsque l’organisation a reçu le prix Nobel de la paix pour ses efforts visant à lutter contre la faim, pour sa contribution à l’amélioration des conditions de paix dans les zones touchées par les conflits et pour son rôle de moteur dans les efforts visant à prévenir l’utilisation de la faim comme arme de guerre et de conflit.
  8. Défis: Malgré les efforts du PAM et d’autres organisations, la faim reste un défi majeur à l’échelle mondiale. Des crises économiques, des conflits, des changements climatiques et d’autres facteurs contribuent à aggraver la situation alimentaire de millions de personnes.

La lutte contre la faim nécessite une coopération internationale soutenue et le PAM joue un rôle central dans cette mission.

Comment se présenter convenablement lors d’un entretien d’embauche ?

Le Programme alimentaire mondial (PAM) recrute pour ces postes

POSTE 1: Chargé des partenariats P3 

Les titulaires du poste opèrent dans un domaine assigné et travaillent de manière indépendante, en utilisant leurs connaissances et leur expérience techniques, pour analyser les données et identifier des solutions pour les activités de partenariat.

Ils soutiennent généralement l’amélioration des processus et les opportunités de partenariat avec une multitude d’entités publiques, privées et externes. Il peut s’agir de gouvernements, d’agences des Nations Unies, d’institutions intergouvernementales et de leurs États membres, d’institutions financières internationales, de particuliers, d’entreprises, de fondations et d’ONG.

Alors qu’au niveau du siège, les responsables des partenariats sont susceptibles de se concentrer sur le secteur public, le secteur privé ou les entités externes, ceux au niveau des bureaux régionaux et des bureaux de pays peuvent couvrir toute une gamme de partenariats de ce type.

RÔLE

Le rôle est de piloter le positionnement efficace du PAM auprès des partenaires publics, privés et externes afin d’attirer un soutien politique, des ressources, une assistance technique et des solutions innovantes pour faire progresser le travail du PAM, tout en aidant les États membres à atteindre les ODD et l’objectif Faim Zéro et en mettant l’accent sur l’action du PAM. contributions à cet égard.

Le titulaire relèvera du responsable principal des partenariats P5 et fera partie d’une équipe qui gère un large éventail de donateurs traditionnels et commence à développer le portefeuille de collecte de fonds du secteur privé. La gestion du très vaste portefeuille et des relations de BHA est un aspect clé du rôle.

QUALIFICATIONS MINIMALES STANDARD

Éducation : Diplôme universitaire supérieur en sciences politiques, développement international, économie du développement, journalisme, relations internationales, communications ou autre domaine pertinent, ou premier diplôme universitaire avec des années supplémentaires d’expérience professionnelle et/ou de formation/cours connexes.

Expérience :

  • Au moins cinq années d’expérience professionnelle pertinente dans des rôles de partenariat.
  • Une expérience dans une grande opération d’urgence est souhaitable.

Langue :

  • La maîtrise (niveau C) de la langue anglaise est requise.
  • Connaissance intermédiaire (niveau B) d’une deuxième langue officielle de l’ONU : arabe, chinois, français, russe, espagnol et/ou portugais (une langue de travail du PAM)

PRINCIPALES RESPONSABILITÉS (non exhaustives)

  • Diriger la mise en œuvre d’un plan de travail pour une zone assignée afin de permettre au PAM d’identifier, de développer et de renforcer des partenariats de qualité à l’appui des objectifs stratégiques du PAM.
  • Collaborer avec d’autres unités fonctionnelles, bureaux régionaux et bureaux de pays sur les offres thématiques, régionales et spécifiques au pays du PAM, en développant un contenu et un langage qui s’adressent à des publics individuels et s’alignent sur le dialogue politique en cours dans les forums nationaux et mondiaux ; Soutenir l’alignement de l’engagement des partenaires dans toute l’organisation.
  • Soutenir de manière proactive un large éventail d’aspects d’un portefeuille de partenariats, y compris le profilage des partenaires, l’analyse des données/tendances et le plan de sensibilisation, afin de maximiser les ressources et de tirer parti du soutien politique et technique pour le travail du PAM ; Assurez la visibilité du partenaire et que les conditions du partenaire sont remplies.
  • Faciliter le dialogue d’entreprise avec les partenaires grâce à la préparation de documents d’information de qualité ; Mettre en évidence de manière proactive les opportunités et les problèmes stratégiques auprès de la haute direction et proposer des options pour le meilleur plan d’action afin de nourrir la confiance et l’intérêt pour le travail du PAM ; Soutenir la préparation d’événements conjoints (par exemple, conférences d’annonces de contributions des Nations Unies) susceptibles de faire progresser les intérêts et les objectifs du PAM.
  • Recueillir et partager des renseignements sur les partenaires (y compris les prévisions), à l’aide de systèmes d’information clés (par exemple WINGS, Salesforce, WFPGo), et évaluer les résultats.
  • Soutenir les unités fonctionnelles, les bureaux régionaux et les bureaux de pays sur les stratégies de partenariat (y compris l’élaboration de plans d’action de partenariat) ; Étendre le soutien à la gestion des partenariats/contributions, conformément aux normes, processus et accords juridiques de l’entreprise, à la rédaction de propositions et de rapports de qualité en collaborant avec d’autres entités du PAM et des parties prenantes externes.
  • Faciliter la croissance des partenariats, en explorant les opportunités d’élargir les partenariats existants et la portée de nouveaux partenaires, guidés par des évaluations, des analyses et une diligence raisonnable ; Présenter les recommandations à la haute direction et assurer le suivi.
  • Contribuer à la préparation de propositions de partenariat, d’accords stratégiques, de stratégies conjointes et/ou de protocoles d’entente, en tenant compte des normes, processus et réglementations externes de l’entreprise ; Assurer le contrôle de la qualité du contenu en collaborant avec les unités fonctionnelles, les bureaux régionaux et les bureaux de pays concernés.
  • Utiliser les connaissances sociopolitiques pour soutenir le positionnement efficace du PAM vis-à-vis des gouvernements nationaux, des institutions régionales et internationales dans le but d’influencer le programme politique.
  • Dans le contexte du système des Nations Unies et des forums multilatéraux, soutenir le développement de partenariats avec les États membres, la société civile et les organisations intergouvernementales pour plaider en faveur des ODD et de la Faim Zéro à l’ordre du jour mondial, et faire progresser les priorités et politiques du PAM, sur la base d’une bonne compréhension. de la dynamique et des intérêts des États membres.
  • Solliciter les contributions d’autres entités du PAM qui contribuent au travail intergouvernemental/interinstitutionnel pour garantir que les positions du PAM sont correctement expliquées et prises en compte dans la prise de décision.
  • Gérer le personnel, en fournissant un encadrement, une formation et des conseils pour assurer un développement approprié et permettre des performances élevées.
  • Assumer la responsabilité d’intégrer les perspectives de genre dans tous les domaines de travail afin de garantir une participation égale des femmes et des hommes.
  • Contribuer aux actions de préparation, en fournissant des recommandations et des conseils techniques ; Surveiller les risques définis et formuler des recommandations sur la façon de les gérer efficacement.
  • Autre au besoin.

EXPÉRIENCES SOUHAITÉES POUR L’ENTRÉE DANS LE RÔLE

  • Possède de l’expérience dans la gestion des relations avec le gouvernement américain, en particulier avec l’USAID/BHA, dans des fonctions de gestion, de reporting et de conformité.
  • Possède de l’expérience dans l’établissement et la gestion d’une relation avec un contrôleur tiers ou un gestionnaire de fonds.
  • Possède une bonne compréhension des stratégies et priorités du gouvernement et des entreprises et a acquis une expérience dans le développement de partenariats multipartites.
  • A acquis une expérience significative dans l’exploration de nouvelles opportunités et dans la contribution à la conception et au développement de solutions avec des partenaires potentiels.
  • A développé des relations de partenariat à long terme et élargi ses engagements dans toutes les zones géographiques et tous les secteurs.
  • A conçu et géré tous les processus de mobilisation des ressources et stratégies de ressources, négocié les conditions contractuelles et fourni des conseils en matière de ressources aux personnes âgées.
  • A utilisé sa compréhension des domaines d’intervention du partenaire et sa connaissance des capacités internes pour créer une proposition de valeur unique pour les partenaires.
  • Possède de solides compétences verbales et écrites en anglais. Des compétences en français sont souhaitables mais pas obligatoires

Cliquez ici pour postuler 

PNUD : le Programme des Nations Unies pour le développement recrute pour ces postes

POSTE 2: Consultant, Gestion des connaissances numériques

Dans le cadre de ses principes d’engagement, l’ARC adopte une approche différenciée des questions d’égalité des sexes. L’ARC s’engage à réduire l’écart entre les sexes, qui est essentiel à la réalisation de l’aspiration 6 de l’Agenda 2063 d’une Afrique dont le développement est axé sur les populations, en s’appuyant sur le potentiel de sa population, en particulier de ses femmes et de ses jeunes, et en prenant soin de ses enfants .

Objectifs de développement durable ( ODD) et reconnaît ainsi que le rôle important des femmes dans l’agriculture et dans la réponse aux catastrophes est essentiel pour la sécurité alimentaire et la croissance économique.

L’ARC reconnaît également que le genre et la réduction des risques de catastrophe (DRM) sont deux questions de développement transversales et que sans résoudre ces deux questions avec succès, il est difficile de renforcer la résilience des nations et des communautés.

Ainsi, grâce à un processus consultatif intensif avec les parties prenantes et les partenaires, l’ARC a élaboré sa stratégie de genre qui a été adoptée en septembre 2019.

La stratégie de genre a pour objectif de transformer les approches de gestion des risques de catastrophe (GRC) pour garantir l’égalité des sexes pour les femmes et les hommes vulnérables dans États membres de l’ARC.

La stratégie quinquennale comporte trois (3) objectifs :

  1. Institutionnaliser le genre et la GRC pour le développement et la gestion innovants des connaissances  cet objectif repose sur le fait que le genre, la GRC et le financement sont un domaine relativement nouveau dans le contexte du développement durable en Afrique. Il existe donc d’énormes écarts à tous les niveaux qui rendent très flous les liens entre le genre, la gestion des risques de catastrophe et le financement (DRMF). L’ARC, à travers une initiative phare intitulée « Plateforme Genre et DRMF », mobilisera les partenaires et les praticiens de la GRC, notamment les gouvernements, les communautés économiques régionales, les organisations de la société civile (OSC), le secteur privé et la communauté de recherche ainsi que d’autres grands groupes et parties prenantes pour développer des solutions innovantes. des approches pour combler cette lacune ;
  1. Renforcer les capacités et les outils institutionnels et individuels pour intégrer le genre dans la GRC, et
  1. S’engager dans un dialogue politique soutenu et un plaidoyer en faveur d’un environnement politique de GRC transformateur en matière de genre.

La Plateforme Genre et Gestion des Risques de Catastrophe (GDRMP)

La Plateforme Genre et GRC répond à l’objectif 1 de la stratégie quinquennale Genre : « institutionnaliser le genre et la GRC pour le développement et la gestion innovants des connaissances ».

Cette initiative phare de l’ARC vise à institutionnaliser la gestion et le financement du genre et des risques de catastrophe pour le développement et la gestion innovants des connaissances à travers une plateforme dédiée sur le genre et la GRC.

Traduire les dispositions politiques en actions, la Direction de l’environnement durable et de l’économie bleue de la Commission de l’Union africaine, relevant du Département de l’agriculture, du développement rural, de l’économie bleue et de l’environnement durable, représentée par l’unité RRC de la Division de l’environnement durable ; la Direction des Femmes, du Genre et de la Jeunesse de la CUA (AU WGYD) ; et la Capacité africaine de gestion des risques (ARC), une agence spécialisée de l’Union africaine (UA), ont matérialisé leur partenariat à travers la création d’une plateforme de gestion du genre et des risques de catastrophe (GDRMP) afin d’assurer l’intégration des questions d’égalité des sexes et d’autonomisation des femmes dans le paysage de la gestion et du financement des risques de catastrophe.

La Plateforme a ainsi été créée le 11 mai 2021 lors d’un lancement de haut niveau auquel ont participé les parties prenantes de la RRC , les organisations de la société civile africaine, les initiatives de développement des femmes et des jeunes, les femmes parlementaires africaines, les unités de genre des commissions économiques régionales, les États membres de l’ARC, les agences des Nations Unies, les groupes de travail sur le genre. Groupes, ThinkTanks, Instituts de recherche, Secteur privé, Partenaires de développement, etc.

La mission assignée à la plateforme est de contribuer au développement et à la gestion des connaissances sur les questions de genre et de DRM sur le continent africain, plus précisément, la Plateforme :

  • comble le déficit de recherche et de développement en matière de genre et de gestion et de financement des risques de catastrophe en Afrique en s’engageant dans des études, la collecte et l’analyse de données ventilées par sexe, des évaluations d’impact et la publication de meilleures pratiques, entre autres.
  • sert de moyen aux parties prenantes d’accroître leur savoir-faire sur les étapes pratiques de l’intégration du genre dans la GRC.
  • sensibilise aux perspectives de genre dans la DRM.
  • La plateforme est également un mécanisme de dialogue politique et de plaidoyer sur les approches de GRC transformatrices en matière de genre, orientées vers l’adoption d’une « culture d’assurance » transformatrice en matière de genre par les États membres.

Mode de fonctionnement et fonctions et interventions potentielles

 Dans ses opérations, la Plateforme exploite les moyens technologiques modernes pour atteindre ses objectifs. Les réunions/sessions de brainstorming se déroulent en grande partie en ligne, tout en prévoyant également une réunion annuelle en face à face.

Dans cette optique, des discussions virtuelles et des séances de brainstorming ont lieu toute l’année à travers la plateforme. Discussions sur le cyberespace coordonnées en vue d’assurer des interactions ciblées et de générer des conclusions et des recommandations pertinentes pour le dialogue politique, le développement des connaissances et le partage d’expériences.

 Des réunions en face-à-face ont lieu une fois par an, servant de forum sur le genre et la DRM abordant des thèmes spécifiques, par le biais de séances plénières et d’événements parallèles, guidés par des événements internationaux et régionaux clés.

Les déclarations de ce forum alimentent les événements et processus régionaux et mondiaux pertinents.

Les deux principaux axes de travail suivants et les activités qui en découlent guident les délibérations de la Plateforme :  Développement des connaissances et gestion des connaissances.

Le deuxième axe de travail axé sur la gestion des connaissances de la plateforme Genre et DRM travaille donc de manière proactive au partage et à la diffusion des connaissances sur le genre et la DRM&F à tous les partenaires et parties prenantes.

Les interventions clés tournent autour de l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans la gestion de la cyber-plateforme dédiée à l’initiative et à la mise en place et à la gestion d’un centre de cyberdocumentation pour faciliter l’accès aux documents pour toutes les parties prenantes, ce qui constitue un mélange approprié de technologies. canaux pour optimiser les échanges de connaissances.

Responsabilités

C’est dans ce contexte que l’African Risk Capacité sous la direction du chef de l’Unité Genre cherche à recruter un consultant pour la connaissance et la gestion du contenu de la plateforme.

Travaillant en étroite collaboration avec l’unité Genre de l’ARC, le consultant :

  • Est responsable du contenu généré par les utilisateurs et soumis à la plateforme en ligne.
  •  S’assure que les articles sont placés dans la bonne catégorie, qu’ils sont exempts d’escroqueries, qu’ils n’incluent aucun article illégal et bien plus encore.
  • Garantit que le contenu publié n’est pas offensant, nuisible ou inapproprié avant d’être téléchargé sur une plateforme ou un serveur.
  •  Se connecte à d’autres plateformes, collectant et partageant des données avec des partenaires concernés dans le domaine de la RRC.
  • Proposera des innovations en termes de gestion des connaissances numériques sur la plateforme
  • Résume le contenu et est accompagné de graphiques en termes de sujets les plus appréciés et d’identification des abonnés les plus actifs
  • Coordonner les discussions sur le cyberespace en vue d’assurer des interactions ciblées et de générer des conclusions et des recommandations pertinentes pour le dialogue politique, le développement des connaissances et le partage d’expériences.
  • Dans la perspective du mandat de la première conférence annuelle du GDRMP, qui se tiendra à la mi-juin 2023, gérer les contenus qui seront générés sur la plateforme
  • Mise en place et gestion d’un centre de cyberdocumentation pour faciliter l’accès aux documents pour toutes les parties prenantes

Qualifications et expérience requises

Éducation:   

Au moins un premier diplôme en informatique et trois (3) années d’expérience en gestion de connaissances et de contenu.

Connaissances et compétences :

  • Le poste requiert une personne possédant une formation et des connaissances avancées en informatique et des compétences avancées en matière de médias sociaux, capable de faciliter, de résumer du contenu, de publier, etc.

Expérience: 

  •  Expérience antérieure de travail avec des comptes de médias sociaux ou de surveillance d’un forum en ligne.
  • Connaissance des processus ARC et AU

Langues :

  • Capacité à fonctionner en anglais, en français et dans d’autres langues de l’UA

Le consultant devra travailler une ou deux fois par semaine selon l’intensité des travaux.

Date limite de candidature : 29 octobre 2023

Réf. : VA n° 829819

POSTE 3: Consultant international (Alimentation scolaire) CSTII

ONTEXTE ORGANISATIONNEL:

Ces rôles se retrouvent probablement dans les bureaux de pays du Tchad. Les titulaires du poste sont susceptibles de relever du directeur concerné ou d’un poste de programme plus élevé.

Les titulaires du poste sont susceptibles de gérer un portefeuille modéré d’activités pouvant inclure une contribution et/ou une gestion directe de programmes au Tchad de complexité modérée pour un domaine d’expertise défini. Les titulaires du poste opèrent avec une indépendance considérable dans leurs spécialités et peuvent gérer une équipe importante de professionnels juniors et de personnel de soutien.

OBJECTIF DU POSTE :

Concevoir et gérer des programmes de taille ou de complexité modérée qui répondent efficacement aux besoins d’aide alimentaire, ou contribuent à la formulation de politiques et/ou fournissent des conseils techniques ou une supervision sur la stratégie et la mise en œuvre du programme.

PRINCIPALES RESPONSABILITÉS (non exhaustives, dans le cadre des pouvoirs délégués) :

  1. Contribuer à la formulation de politiques de programme à l’échelle du PAM conformes à la fois à la stratégie organisationnelle et aux réalités pratiques des opérations sur le terrain ; ou traduire la politique du programme en pratiques au niveau régional/national. Développer des orientations et des modalités de mise en œuvre du programme et des opérations, pour assurer un lien clair et solide entre le siège et les opérations sur le terrain.
  2. Fournir des conseils et soutenir le bureau de pays sur des questions moyennement complexes pour clarifier les ambiguïtés et garantir que les opérations des politiques et des programmes sont conformes aux politiques du PAM, aux décisions du Conseil d’administration et à d’autres orientations pertinentes.
  3. Fournir des conseils techniques ou mobiliser une expertise technique sur les questions de programme et de politique, y compris l’évaluation et l’analyse, le choix des objectifs, des activités, des modalités de transfert et des produits alimentaires appropriés, le déploiement et l’essai d’approches innovantes et l’élaboration de stratégies pour soutenir les efforts du gouvernement pour réduire la faim. et la malnutrition.
  4. Aider les homologues des gouvernements et d’autres partenaires à identifier les domaines dans lesquels l’aide alimentaire peut être utilement utilisée et fournir un soutien et une expertise technique pour la planification, la formulation et la mise en œuvre de programmes d’aide alimentaire moyennement complexes afin de renforcer l’appropriation et l’efficacité du gouvernement et des communautés des programmes de sécurité alimentaire et de nutrition au niveau niveaux national et infranational.
  5. Établir et maintenir des partenariats opérationnels pour identifier les opportunités d’approches et d’initiatives collaboratives qui améliorent les programmes d’assistance et soutiennent le travail de plaidoyer.
  6. Améliorer le statut de leadership du PAM dans les forums liés à des domaines de spécialisation, par exemple la sécurité alimentaire, la nutrition, les moyens de subsistance, la résilience ou l’engagement dans des contextes humanitaires, de transition et de développement par le biais d’une participation directe, de séances d’information, de produits d’information et d’autres supports.
  7. Gérer la recherche opérationnelle et la collecte de données factuelles sur les questions liées à l’aide alimentaire.
  8. Gérer la préparation et la diffusion en temps opportun de rapports analytiques et critiques, de publications et d’une variété de produits d’information ou de propositions à usage interne ou externe.
  9. Contribuer aux efforts de mobilisation de ressources pour les projets du PAM, notamment en articulant clairement le besoin d’assistance alimentaire et les opportunités de programmes connexes, et suivre la situation des ressources des projets, y compris la disponibilité des produits et des liquidités, en demandant conseil à des collègues seniors si nécessaire.

10. Conseiller et soutenir le développement de formations fonctionnelles dans des domaines d’expertise afin de renforcer la capacité du personnel du PAM et de ses partenaires à concevoir et à mettre en œuvre des programmes d’assistance alimentaire efficaces.

11. Diriger, motiver et développer une équipe de personnel pour permettre des performances élevées.

12. Assurer la meilleure utilisation des ressources financières allouées pour atteindre les objectifs fixés dans le cadre d’un budget modéré.

13. Contribuer à la préparation aux situations d’urgence du bureau de pays, c’est-à-dire l’alerte précoce, l’analyse des risques et la planification d’urgence afin de répondre aux crises et aux besoins humanitaires.

14. Autre au besoin.

CAPACITÉS FONCTIONNELLES :

Nom de la capacité

Description du comportement attendu pour le niveau de compétence
Cycle de vie du programme et aide alimentaire Fait preuve de capacité à identifier le principal problème de faim au niveau national ou infranational pour concevoir et mettre en œuvre des programmes spécifiques au contexte qui intègrent une analyse complexe et la gamme complète d’outils d’aide alimentaire.
Modalités de transfert (nourriture, espèces, bons) Démontre la capacité de concevoir, de mettre en œuvre, de surveiller et de superviser des programmes efficaces et efficients déployant différentes modalités de transfert.

Connaissance approfondie de

Domaines spécialisés (c.-à-d.

Nutrition, ACV, etc.)

Démontre la capacité à interpréter les données de base dans le contexte des domaines spécialisés du PAM pour contribuer à la conception, à la mise en œuvre et au suivi des programmes techniques.

Programmation d’urgence

Fait preuve de capacité à traduire la compréhension des principes du programme dans les situations d’urgence et de conflits prolongés en approches pertinentes, efficaces et spécifiques au contexte.

Politique stratégique

Fiançailles avec

Gouvernement

Élabore des recommandations approfondies en utilisant de multiples apports (par exemple, conseils du gouvernement, recherche, propre expérience) pour renforcer les entités nationales ou infranationales et les programmes gouvernementaux de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

EXPÉRIENCES SOUHAITÉES POUR L’ENTRÉE DANS LE RÔLE :

  • Possède une expérience de travail dans l’ensemble du portefeuille du programme, y compris VAM/Nutrition.
  • A dirigé un sous-bureau ou une petite équipe de programme de bureau de pays/zone ou une composante du portefeuille de programmes d’un bureau de pays.
  • A participé à des discussions politiques et a contribué aux décisions politiques.

QUALIFICATIONS ACADÉMIQUES MINIMALES STANDARD :

Formation :              Diplôme universitaire supérieur en affaires internationales, économie, nutrition/santé, agriculture, sciences de l’environnement, sciences sociales ou

autre domaine pertinent à l’aide au développement international, ou premier diplôme universitaire avec des années supplémentaires d’expérience professionnelle et/ou de formations/cours connexes.

Langue :          Maîtrise du français (niveau C) et de l’anglais (niveau C).