Etudier au Canada : voici la somme que les étudiants étrangers devront posséder avant d’avoir le un permis d’études

Le Canada, reconnu pour son accueil chaleureux envers les étudiants internationaux, vient de franchir une étape significative en modifiant ses politiques d’immigration.

Ces changements, annoncés par le ministre de l’Immigration, Marc Miller, influenceront de manière considérable les conditions d’accueil et de séjour des étudiants étrangers.

Cet article vise à détailler ces changements et à expliquer leurs implications.

Hausse des Exigences Financières

À compter du 1er janvier 2024, les étudiants étrangers désireux d’avoir un permis d’études et poursuivre leurs études au Canada devront se préparer à des exigences financières plus élevées.

Le gouvernement canadien a revu à la hausse le montant nécessaire pour couvrir le coût de la vie, passant de 10 000 $ CAN à 20 635 $ CAN (près de 9,5 millions de FCFA). Ce montant représente 75 % du seuil de faible revenu et s’ajoute aux frais de scolarité de la première année ainsi qu’aux frais de voyage.

Cette mesure vise à garantir que les étudiants disposent des ressources suffisantes pour vivre confortablement au Canada sans compromettre leur parcours académique.

Le gouvernement souligne que l’ancien montant ne reflétait plus la réalité économique actuelle, laissant plusieurs étudiants dans une situation précaire.

Mesures Supplémentaires pour 2024

Pour l’année universitaire de septembre 2024, le gouvernement envisage des mesures additionnelles, notamment en ce qui concerne la limitation des visas. L’objectif est d’assurer que les établissements d’enseignement désignés offrent un soutien adéquat aux étudiants internationaux.

Cette initiative impliquera une collaboration étroite entre les gouvernements provinciaux et territoriaux, les institutions éducatives et d’autres acteurs clés.

Politiques Temporaires Mises à Jour

Le ministre Marc Miller a également mis à jour trois politiques temporaires affectant les étudiants étrangers :

  1. Emploi hors campus : La limite de 20 heures de travail par semaine pendant les sessions d’études sera prolongée jusqu’au 30 avril 2024. Cette flexibilité offre aux étudiants une meilleure opportunité de gérer leurs finances.
  2. Études en ligne : Les étudiants pourront continuer à comptabiliser le temps passé en formation en ligne pour un futur permis de travail postdiplôme. Cette mesure est valable pour les étudiants débutant leurs études avant le 1er septembre 2024, à condition que les études en ligne ne représentent pas plus de 50 % du programme.
  3. Permis de travail postdiplôme : La politique permettant un permis de travail supplémentaire de 18 mois pour les détenteurs d’un permis de travail postdiplôme expirant d’ici le 31 décembre 2023 ne sera plus renouvelée.

Conclusion

Ces changements dans les politiques d’immigration canadiennes reflètent l’évolution des besoins économiques et sociaux du pays. Ils visent à garantir une expérience enrichissante et sécurisée pour les étudiants internationaux, tout en s’assurant que ces derniers contribuent de manière significative à la société canadienne.

Les étudiants étrangers planifiant d’étudier au Canada doivent donc se préparer à ces nouvelles exigences et saisir les opportunités offertes par cette nouvelle réglementation.

Source