Les 6 pays les plus faciles à obtenir un visa de travail

 Les pays du monde entier proposent toute une série de régimes de visa pour aider les étudiants internationaux à rester et à travailler après l’obtention de leur diplôme.

Les possibilités de visa de travail varient d’un pays à l’autre ; de nombreux pays de l’UE n’ont que peu ou pas d’exigences pour les citoyens de l’UE, tandis que les États-Unis exigent qu’une entreprise sponsorise votre visa H-1B.

Programme de visa de parrainage américain ; tout ce qu’il faut savoir sur cette nouvelle opportunité

La procédure d’obtention d’un visa de travail est rarement sans stress, même pour les titulaires d’un MBA ou d’une maîtrise, mais certains pays facilitent les choses.

Voici six des pays où il est le plus facile d’obtenir un visa de travail.

6. La Nouvelle-Zélande
La Nouvelle-Zélande a toujours été un choix populaire pour ceux qui cherchent à étudier dans des paysages époustouflants. Grâce à un système de visa relativement simple, la Nouvelle-Zélande est l’un des pays où il est le plus facile d’obtenir un visa de travail.

Son visa de travail post-études est destiné aux personnes qui ont obtenu un diplôme pertinent dans le pays et est accordé pour une période pouvant aller jusqu’à trois ans, ce qui est parfait pour chercher un premier emploi après un MBA ou un master en commerce.

À l’issue de votre visa de travail post-études, de nombreuses options s’offrent à vous pour rester en Nouvelle-Zélande si vous possédez les compétences et l’expérience requises. Par exemple, le Skilled Migrant Visa (visa de migrant qualifié) permet d’obtenir la résidence permanente sur la base des pénuries de compétences dans le pays. (Il est important de noter qu’après le 9 octobre 2023, la Nouvelle-Zélande introduira un nouveau système de points exigeant que les demandeurs aient une offre d’emploi qualifié d’au moins 30 heures par semaine).

Vous êtes un entrepreneur en herbe ? Le visa de travail pour entrepreneurs vous offre la possibilité de créer votre entreprise dans le pays pour une période pouvant aller jusqu’à trois ans. Vous devez disposer d’un plan d’affaires détaillé, investir 100 000 dollars néo-zélandais (62 000 dollars américains) et être en mesure d’obtenir un minimum de 120 points sur l’échelle des visas.

Programme de visa de parrainage américain ; tout ce qu’il faut savoir sur cette nouvelle opportunité

5. Le Canada
Alors que les États-Unis limitent les visas, le Canada reste l’un des pays où il est le plus facile d’obtenir un permis de travail post-diplôme (PGWP).

Dans la plupart des cas, le PGWP permet aux étudiants de rester dans le pays pour la même durée que leur période d’études. (Si vous avez effectué jusqu’à 50 % de vos études à l’étranger, ce pourcentage sera déduit de la durée de votre séjour). Les étudiants doivent être diplômés d’un programme d’au moins huit mois pour présenter une demande. Des exceptions spéciales peuvent être faites pour les diplômés d’un programme MBA de deux ans, qui peuvent se voir accorder un PGWP d’une durée maximale de trois ans.

Vous pouvez également demander la résidence permanente (et donc le droit de vivre et de travailler au Canada) dans le cadre du programme des travailleurs qualifiés (fédéral) ou de la catégorie de l’expérience canadienne. Ces deux programmes accordent des permis si vous avez un an d’expérience professionnelle à temps plein (30 heures par semaine pendant 12 mois) dans des emplois de gestion, professionnels ou techniques. Les candidats au programme de la catégorie de l’expérience canadienne doivent avoir terminé leur expérience professionnelle au Canada.

Les meilleures écoles de commerce au Canada sont l’Ivey Business School de l’université de Western Ontario, l’école de commerce John Molson de l’université Concordia, la faculté de gestion Desautels de l’université McGill et l’école de commerce Sauder de l’université de Colombie-Britannique.

4. Singapour

Singapour est déjà un choix populaire pour les MBA, grâce à des écoles de premier plan comme la NUS Business School et la Singapore Management University, et aux liens avec des entreprises de toute l’Asie.

Si vous êtes diplômé d’un programme d’enseignement supérieur dans le pays, vous pouvez demander un Short-Term Visit Pass et une Short-Term Visit Pass Extension, qui vous permettent de rester à Singapour pendant 30 à 90 jours supplémentaires. Après avoir obtenu ce répit, une demande de permis de visite à long terme vous permettra de rester jusqu’à deux ans à Singapour.

3. L’Australie
L’Australie est l’un des pays où il est le plus facile d’obtenir un visa de travail. Elle propose deux programmes pour les diplômés internationaux : le Graduate Work stream (programme de travail pour les diplômés) et le Post-Study Work stream (programme de travail post-études).

Le Graduate Work stream vous permet de rester et de travailler en Australie si vous êtes titulaire d’un diplôme dans un secteur où le pays connaît une pénurie de main-d’œuvre qualifiée. Les titulaires d’un passeport d’outre-mer de Hong Kong ou d’un passeport national britannique peuvent y rester jusqu’à cinq ans, mais les demandeurs d’autres pays ne peuvent y séjourner que 18 mois.

Le volet “Post-Study Work” est moins exigeant et permet un séjour de deux à quatre ans, en fonction du diplôme étudié. Les deux visas coûtent 1 895 dollars australiens (environ 1 290 dollars américains) et sont accessibles aux étudiants titulaires d’un diplôme délivré par un établissement inscrit au Commonwealth Register of Institutions and Courses for Overseas Students (registre des établissements et des cours pour les étudiants étrangers).

2. L’Allemagne
En tant que membre de l’Union européenne, l’Allemagne offre une série d’options de visa lucratives pour toute personne ayant de solides compétences et un bon niveau d’études.

Si vous n’êtes pas citoyen de l’UE, vous pouvez, immédiatement après avoir terminé votre dernier examen, demander un permis de séjour prolongé de 18 mois vous permettant de rester et de travailler dans le pays. Pour être éligible, vous devez avoir une preuve de votre université que vous avez obtenu un diplôme.

Si vous êtes retourné dans votre pays d’origine après avoir obtenu votre diplôme, mais que vous souhaitez chercher un emploi en Allemagne, vous pouvez également opter pour le visa de demandeur d’emploi, un permis de séjour de longue durée qui vous permet de revenir en Allemagne pour une durée maximale de six mois afin d’y chercher un emploi. N’oubliez pas non plus que tous les visas en Allemagne ne coûtent que 75 euros (88 dollars américains) : votre permis de travail ne vous ruinera donc pas non plus.

1. Les Pays-Bas
Les Pays-Bas sont réputés pour leur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, et cette flexibilité s’étend à leurs visas de travail.

Le “visa d’orientation”, un permis de séjour pour les ressortissants de pays non membres de l’UE qui ne sont soumis à pratiquement aucune restriction, vous permet de rester aux Pays-Bas et d’y travailler pendant un an après la fin de vos études supérieures. Après l’année d’orientation, vous devez demander votre prochain visa.

Le visa d’orientation n’exige aucune preuve de fonds suffisants et couvre les emplois temporaires tels que les stages (rémunérés ou non), le travail en free-lance et même la création de votre propre entreprise.

Les Pays-Bas étant également membres de l’Union européenne, les diplômés de l’enseignement commercial ont la même possibilité de demander une carte bleue européenne, à condition de remplir les conditions relatives au salaire annuel de 70 404 euros (78 000 dollars américains) aux Pays-Bas et à l’expérience professionnelle/éducative.