Naël tué dans les violences policières à Nanterre : tout savoir sur ce drame qui embrase la France

La France se prépare à d’autres manifestations de colère ce mercredi 28 juin après que la police ait tué un adolescent lors d’un contrôle routier, et qu’il semble qu’ils aient menti sur les circonstances de ce décès.

La fusillade a provoqué des troubles dans plusieurs banlieues de Paris pendant la nuit.

Des célébrités et des politiciens ont exprimé leur indignation et leur chagrin face à la mort du jeune de 17 ans, tandis que le gouvernement a appelé au calme.

L’adolescent, identifié seulement sous le nom de Nael M., a été arrêté par deux policiers mardi pour avoir enfreint les règles de la circulation, ont déclaré les procureurs.

La police avait d’abord rapporté qu’un officier avait tiré sur l’adolescent parce qu’il conduisait sa voiture en sa direction, mais cette version des faits a été contredite par une vidéo circulant sur les réseaux sociaux et authentifiée par l’AFP.

Lire aussi : France : L’âge du permis de conduire abaissé à 17 ans dès cette date

La vidéo montre les deux policiers se tenant en réalité à côté de la voiture à l’arrêt, l’un d’eux pointant une arme sur le conducteur. On entend une voix dire “Tu vas prendre une balle dans la tête.”

On voit ensuite le policier tirer à bout portant alors que la voiture démarre brusquement.

La voiture a parcouru quelques dizaines de mètres avant de s’écraser. Le conducteur est décédé peu de temps après.

Sa mort a immédiatement déclenché des manifestations à Nanterre, une banlieue ouest de Paris.

Des poubelles ont été incendiées et un incendie s’est déclaré dans une école de musique, tandis que la police tentait de disperser les manifestants avec des gaz lacrymogènes.

Des manifestations ont ensuite éclaté dans certaines banlieues voisines.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a déclaré mercredi que 31 personnes avaient été arrêtées pendant la nuit, 24 policiers légèrement blessés et environ 40 voitures incendiées.

Darmanin a ajouté que 2 000 policiers seraient déployés pour faire face à d’éventuelles violences plus tard mercredi.

‘Émotion’

Le porte-parole du gouvernement, Olivier Veran, a déclaré aux journalistes que le président Emmanuel Macron avait exprimé son “émotion” lors de la fusillade pendant la réunion hebdomadaire du cabinet mercredi, et a appelé au “calme” au nom du gouvernement.

Le policier de 38 ans filmé en train de tirer le coup mortel a été placé en garde à vue et fait l’objet d’une enquête pour homicide volontaire.

L’avocat de Nael M., Yassine Bouzrou, a déclaré qu’il déposerait une plainte supplémentaire contre le policier pour homicide volontaire, ainsi que contre son collègue pour complicité dans la fusillade.

L’avocat a déclaré qu’il déposerait également une plainte pour faux témoignage contre les policiers pour avoir prétendu que Nael M. avait essayé de les renverser.

Il y avait deux passagers dans la voiture. L’un a pris la fuite et l’autre, également adolescent, a été brièvement détenu.

Des célébrités et certains politiciens ont exprimé leur dégoût, leur inquiétude et leur indignation face à la fusillade.

“J’ai mal à ma France”, a tweeté Kylian Mbappé, capitaine de l’équipe nationale de football française et star du club Paris Saint-Germain.

“C’est une situation inacceptable. Toutes mes pensées vont à la famille et aux amis de Nael, ce petit ange qui nous a quitté bien trop tôt”, a déclaré Mbappé.

L’acteur Omar Sy, célèbre pour son rôle dans le film “Intouchables” et la série télévisée “Lupin”, a déclaré sur Twitter : “J’espère qu’une justice digne de ce nom honorera la mémoire de cet enfant.”

‘La police devient comme celle de l’Amérique’

La dirigeante du parti Vert, Marine Tondelier, a déclaré que “ce que je vois sur cette vidéo, c’est l’exécution par la police d’un enfant de 17 ans, en France, en 2023, en plein jour”.

Avant la publication de la vidéo, “j’ai entendu un policier mentir, son collègue mentir, le procureur mentir et les médias mentir”, a-t-elle déclaré, ajoutant : “On a l’impression que notre police devient comme celle de l’Amérique.”

Le politicien de l’extrême gauche, Jean-Luc Melenchon, a déclaré que “la France n’a plus la peine de mort”, et a appelé à “une refonte totale de la force de police”.

Darmanin, qui a précédemment soutenu la police dans des situations similaires — a qualifié les images de la vidéo de “extrêmement choquantes” au parlement.

Mercredi, il a déclaré que l’officier serait suspendu “si les charges retenues contre lui sont maintenues”.

Le chef de la police de Paris, Laurent Nunez, a quant à lui décrit le tireur comme un “sergent de police expérimenté qui avait la confiance de ses supérieurs”.

En 2022, un record de 13 personnes ont été tuées en France après avoir refusé de s’arrêter lors de contrôles routiers de police.