S3xtape, vidéos intimes exposées sur les réseaux sociaux : un phénomène de plus en plus récurrent, à quoi cela est dû ?

La prolifération des s3xtapes sur les réseaux sociaux devient de plus en plus récurrente et inquiétante. Nous avons tous eu écho de la fuite de plusieurs vidéos intimes de diverses personnalités, qu’il s’agisse d’hommes politiques, d’artistes, de stars ou d’élèves.

L’une des plus retentissantes est sans doute celle de la chanteuse nigériane Tiwa Sawage. En effet, de courtes vidéos de l’artiste avaient inondé la toile, montrant la chanteuse en plein ébats sexuel. Comment une telle vidéo s’est-elle retrouvée sur les pages sociales et dans le téléphone de tout le monde ? Les explications restent confuses…

Plusieurs autres vidéos ont également secoué la toile notamment celles de quelques « stars » togolaises, des artistes Oxlade, Nelly, de certaines influenceuses et d’élèves.

Au Bénin, la folle histoire de la partouze d’une fille avec trois garçons pour avoir un iPhone, n’a pas échappé aux internautes. Le Cameroun a également connu sa série de sextapes avec notamment l’affaire de l’ex-joueuse Gaëlle Enganamouit, celle d’un célèbre journaliste, celles des élèves du lycée bilingue de Kribi.

La Côte d’Ivoire s’est également illustrée avec l’affaire « Dekiss ». En RDC, la polémique liée à la s3xtape du pasteur Mike Kalambay n’ont pas manqué à la curiosité des paparazzis. Au Sénégal, une trentaine de vidéos d’élèves s’adonnant à toute sorte d’expériences sexuelles ont effrayé les parents qui se demandent s’ils peuvent toujours faire confiance au système éducatif. Au Nigeria, la triste célèbre histoire d’une jeune fille qui prétend avoir été droguée et violée par ses camarades d’école, a ébranlé la toile.

Un peu partout, plusieurs séries de vidéos intimes se sont retrouvées entre les mains des internautes, et dans la plupart des cas, d’une manière assez surprenante.

Pourquoi un tel phénomène ?

Il est évident que nous sommes dans un monde de plus en plus connecté, digitalisé et cela nous expose à certains dangers insoupçonnés.

Plusieurs ont été piquées par le virus grandissant des « influenceurs », ce qui les pousse à tout filmer, à tout montrer, à tout enregistrer dans le téléphone, et même ce qui se passe dans l’intimité.

Malheureusement, comme on pouvait s’y attendre, les vidéos peuvent facilement se retrouver sur les réseaux sociaux en quelques secondes et à travers différentes voies. La majorité des fuites sont d’origine humaine.

Un incident accidentel

Plusieurs sextapes se sont retrouvées sur le net par accident. Après la fuite de sa vidéo publiée en story Instagram, un porte-parole de l’artiste Nelly avait expliqué que le téléphone du chanteur avait été piraté, une explication qui ne conviant pas tout le monde, mais qui permet d’avoir une idée sur ce qui peut arriver à tout moment.

D’autres personnes ont par erreur partagé des vidéos sur Snapchat, Instagram, Facebook, et même dans des groupes WhatsApp. Cela rappelle la fameuse histoire de la femme d’un pasteur qui a balancé des… dans le groupe de l’église. Dégâts !

Des erreurs de manipulation peuvent nous coûter notre réputation et briser notre vie sociale.

Relation à distance

Aujourd’hui, pratiquement tout le monde à un téléphone portable et on peut communiquer à tout moment en pimentant les discussions avec des photos sexy, vidéos torrides et tout ce qui va avec.

Les relations à distance, qui ont pris une autre tournure avec l’avènement du Covid-19 et le confinement, ont également favorisé le partage de nudes. Malheureusement, il arrive que ces dernières tombent dans de mauvaises mains où qu’on le partage avec la mauvaise cible.

Plusieurs exemples viennent corroborer l’assertion selon laquelle la confiance n’exclut pas la méfiance. Et alors si ton partenaire te demande une « photo sexy » une « vidéo assez osée », faut-il refuser ?

La mauvaise compagnie ou un règlement de compte

Peut-on encore faire confiance à un ami et lui confier notre portable ?

La confiance a anéanti tellement de personnes qu’on se pose constamment la question. Des filles ont été surprises de retrouver leur nudité sur la toile, or elles ne l’avaient envoyé qu’à leur copain ou partenaire. L’amour à l’aveuglette bourrée de trop de confiance a fait plusieurs victimes et continuent à en faire.

Lors de la CAN 2021, la sextape d’une jeune fille camerounaise avait inondé les réseaux sociaux. Selon ses explications, elle aurait envoyé ses vidéos à son copain qui en a profité pour la faire chanter contre de l’argent. Il a finalement balancé les vidéos quand sa victime a refusé de lui obéir. Et c’est un harcèlement très récurent ces derniers temps…

Certaines personnes ont été assez naïves en montrant les vidéos intimes de leur partenaire à leur « meilleur » ami. Malheureusement, ces derniers n’ont pas hésité à copier et à balancer.

En somme, il y a différentes raisons qui expliquent la fuite de toutes ces vidéos sur la toile. Enregistrer des vidéos intimes pour son propre fantasme ou pour l’envoyer à son partenaire n’est peut-être pas désagréable. Malheureusement, ces derniers n’ont pas hésité à copier et à balancer.

Ces vidéos peuvent se retrouver entre les mains d’un maintenanciers véreux, d’un ami jaloux, d’une copine rancunière, d’un paparazzi qui a soif de like et de vues.

%d blogueurs aiment cette page :