75 ans après, la liberté musicale sous pression

À l’occasion du 75e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, la Journée internationale des droits de l’homme met en lumière les défis mondiaux à la liberté d’expression, particulièrement dans le domaine musical.

Artistes en première ligne

Les chanteurs, en tant qu’émissaires de messages, se retrouvent en première ligne des atteintes à la liberté d’expression. Le cas du rappeur iranien Toomaj Salehi à Téhéran et du célèbre Young Thug aux États-Unis souligne que l’expression artistique peut devenir une ligne de front dangereuse.

Burna Boy : de la prison aux Grammy Awards, le parcours d’un géant de la musique africaine

Chiffres alarmants de l’ONG Freemuse

L’ONG Freemuse, qui surveille la liberté artistique, rapporte des chiffres alarmants : sur 1 251 violations recensées, 385 concernent la musique en 2022. Ces chiffres soulignent l’ampleur mondiale du problème, touchant toutes les régions du monde.

Régions touchées : Une problématique globale

Le Triomphe de Fally Ipupa : 25 Ans de Réussite Musicale

Les statistiques de Freemuse révèlent que 35% des cas de violations se produisent en Europe, 21% au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, 19% en Amérique, 12% en Asie, et 10% en Afrique subsaharienne. La Toile, considérée comme un territoire, représente 3%. Ces chiffres démontrent que la liberté artistique est menacée dans 58 pays, touchant autant les nations du Nord que celles du Sud.

Avec RFI