Aliko Dangote : la méga-raffinerie du milliardaire, sur le point de changer l’avenir du Nigeria, démarre ses activités

Bien que le Nigeria soit l’un des pays membres de l’OPEP et à ce titre, l’un des principaux producteurs de pétrole brut de la planète, avec un taux d’extraction de 1,26 million de barils de pétrole par jour selon les dernières données de l’Agence internationale de l’énergie, la première économie du continent africain a été historiquement importatrice de carburants pétroliers raffinés.

Cela pourrait être sur le point de changer. Une nouvelle méga-raffinerie qui a commencé ses activités samedi vise à inverser cette tendance historique et à empêcher le Nigeria d’importer autant de carburant qu’un pays producteur de pétrole.

Derrière ce complexe pétrolier se cache Aliko Dangote, l’homme le plus riche de toute l’Afrique.

L’usine, située à la périphérie de la ville de Lagos, a une capacité de production allant jusqu’à 650 000 barils par jour. Comme l’a rapporté sur Twitter le groupe Dangote, le conglomérat d’entreprises appartenant à Aliko, au début de ses activités, la raffinerie produit du diesel et du carburéacteur.

Sur le même réseau social, le magnat a remercié le président nigérian Bola Ahmed Tinubu pour son soutien et son aide dans la réalisation de ce projet, qu’il a qualifié de « tournant » pour le Nigeria.

« Il s’agit d’une réalisation importante pour notre pays, car elle montre que nous avons la capacité de développer et de mener à bien des projets à grande échelle qui nécessitent beaucoup de capitaux », a déclaré M. Dangote.

L’ouverture intervient deux semaines seulement après que la commission anti-corruption du Nigeria a perquisitionné le siège du groupe Dangote dans le cadre d’une enquête sur ses accords de swap de devises étrangères avec la Banque centrale du Nigeria.

Selon Bloomberg, le financement de 18,5 milliards de dollars nécessaire à l’ouverture de la raffinerie est au centre de l’enquête, car le gouvernement a fourni à Dangote l’accès aux maigres réserves de dollars de la banque centrale pour aider l’usine à obtenir l’équipement nécessaire sur les marchés internationaux. Le conglomérat a nié tout acte répréhensible.

La raffinerie sera alimentée par du pétrole national en vertu d’un accord que le conglomérat commercial a conclu avec la société d’État Nigerian National Petroleum.

L’usine a également la capacité de traiter la plupart des autres types de pétrole de la région, ainsi que du pétrole brut en provenance d’Arabie saoudite ou des États-Unis, selon la société.

Qui est Aliko Dangote ?

Le milliardaire Aliko Dangote, un Nigérian de 66 ans, est l’homme le plus riche d’Afrique et est à l’origine d’un conglomérat d’affaires très diversifié et, comme en témoignent ses relations avec le gouvernement nigérian, puissant dans le pays.

Selon les données de Bloomberg, Aliko Dangote est classée 125e dans le classement des personnes les plus riches du monde avec une valeur nette de 15,3 milliards de dollars.

La richesse de Dangote dépasse nettement celle du reste des milliardaires africains. Le deuxième homme le plus riche du continent, selon les données de Bloomberg, est le Sud-Africain Johann Rupert, qui est à l’origine de la multinationale de luxe Richemont.

La valeur nette de Rupert est de 11,8 milliards de dollars. Il est suivi par Nicky Oppenheimer, qui, malgré son nom de famille, n’a aucun lien de parenté avec le célèbre physicien.

Également originaire d’Afrique du Sud, Nicky Oppenhaimer dispose d’une fortune de 9,8 milliards de dollars grâce à sa carrière dans l’exploitation minière, secteur dans lequel il a présidé la société d’extraction de diamants De Beers.

Le réseau d’affaires d’Aliko Dangote couvre de multiples secteurs. Selon l’entreprise elle-même, elle est active dans la fabrication de ciment, le raffinage du sucre, la production de sel, les engrais, la culture du riz et de la tomate, l’automobile, le raffinage des carburants, l’énergie, la production pétrochimique et l’éducation.

Le groupe Dangote est une entreprise privée, c’est-à-dire qu’elle n’est pas cotée en bourse. D’autre part, trois sociétés liées au conglomérat qui sont cotées à la Bourse nigériane le font.

La plus précieuse est Dangote Cement, avec une capitalisation de 6 329 millions de dollars, suivie de Dangote Sugar Refinery, avec une valeur de 879 millions de dollars et complétant la liste Nascon Allied Industries, une entreprise spécialisée dans l’alimentation qui vaut 168 millions de dollars. Ensemble, les trois sociétés cotées du groupe Dangote ont une valeur boursière de 7 326 millions de dollars.

Eonomie du Nigeria

Le Nigeria, en plus d’être le pays le plus peuplé d’Afrique et le sixième au monde avec 227 millions d’habitants selon le Fonds monétaire international, est actuellement la première économie du continent africain, ce qui devrait changer cette année avec une décision surprise de l’Afrique du Sud.

Toujours selon les chiffres du FMI, le Nigeria devrait terminer l’année avec un PIB de 394,94 milliards de dollars, supérieur au PIB de l’Égypte (357,83 milliards de dollars), mais dépassé par les 401,47 milliards de dollars de l’Afrique du Sud.

Dans le dernier rapport de l’OPEP, pour le mois de décembre, les experts du cartel pétrolier ont résumé la situation du pays. « La croissance de l’économie nigériane au troisième trimestre 2023 a dépassé les attentes, affichant un solide taux de 3,1 % en glissement annuel, contre 2,6 % au deuxième trimestre et 2,4 % au premier.

Cette performance positive est due à une forte activité dans les secteurs non pétroliers, en particulier dans les services et l’agriculture », ont-ils écrit. Dans l’ensemble, l’inflation est l’une des préoccupations majeures du pays africain. En octobre, les prix ont augmenté de 27,3% sur un an.

Que la raffinerie de Dangote change ou non l’avenir du pays dépendra fondamentalement d’un facteur : le prix du carburant qu’elle produit. Si effectivement le prix est inférieur à ce que les citoyens nigérians ont dû payer lorsqu’il est venu de l’importation, alors il aura atteint son objectif. Si les prix payés par les consommateurs restent les mêmes, cela aura changé qui recevra l’argent pour le carburant.