Ce Guinéen parcourt à vélo 06 pays pour étudier dans l’université de ses rêves

Les rêves se réalisent, mais pour Mamadou Safayou Barry, 25 ans, il a dû entreprendre un voyage à vélo difficile de 4 000 km (2 500 miles) à travers l’Afrique de l’Ouest dans le but d’obtenir une place dans l’université de ses rêves, la prestigieuse Al-Azhar en Égypte.

Son voyage a commencé à partir de la Guinée en mai avec l’espoir d’être admis à Al-Azhar en Égypte, mais cette expédition a été en proie à des rencontres avec des militants islamistes et à des bouleversements politiques.

En cours de route, il a été arrêté et a dû faire face à une chaleur extrême, ce qui a mis à l’épreuve son engagement à poursuivre ses aspirations éducatives à l’Université Al-Azhar.

Il a expliqué que même s’il ne pouvait pas se permettre à la fois un cours d’études islamiques et un billet d’avion pour l’Égypte, il était prêt à faire le voyage épique à travers le Mali, le Burkina Faso, le Togo, le Bénin, le Niger et le Tchad en raison de la réputation estimée de l’université, selon la BBC.

Barry a indiqué qu’il était extrêmement heureux lorsqu’il a reçu une bourse pour ses études à l’Université Al-Azhar à son arrivée au Caire. L’Université Al-Azhar est l’une des plus anciennes institutions islamiques d’enseignement supérieur établies en 670 après JC. Il s’agit d’une institution d’importance mondiale pour l’éducation islamique sunnite.

La position prestigieuse de l’université a été la force motrice derrière le voyage risqué que le père guinéen a entrepris de chez lui à la poursuite de la connaissance islamique. Mais, il a été marqué par la suspicion et les défis dans plusieurs pays en cours de route.

Il a fait face à de formidables défis en traversant le Mali, le Burkina Faso et le Niger, où les attaques fréquentes de militants islamistes contre des civils et les récents coups d’État politiques ont créé une atmosphère d’instabilité importante.

Il a décrit le voyage à travers ces pays comme exceptionnellement difficile en raison du manque de sécurité dans la région. Au cours de son voyage à travers le Mali et le Burkina Faso, Barry a rencontré une région marquée par de nombreux problèmes et des habitants craintifs.

Il a décrit avoir été traité avec suspicion par les habitants et avoir souvent été témoin d’une forte présence militaire armée d’armes lourdes et de véhicules.

Il a ajouté qu’il avait été confronté à trois arrestations et détentions injustes, dont deux au Burkina Faso et une au Togo. Sa fortune a changé pour le mieux quand il est arrivé au Tchad après qu’un journaliste l’ait interviewé sur son expérience.

Cela a conduit à ce que son histoire soit partagée en ligne, et des personnes généreuses ont financé un vol pour lui en Égypte, lui évitant ainsi de faire du vélo dans les zones déchirées par la guerre au Soudan.

Le 5 septembre, il est arrivé au Caire, où sa détermination inébranlable lui a valu une rencontre avec le Dr Nahla Elseidy, doyenne des études islamiques à Al-Azhar. Après leur conversation, le Dr Elseidy a offert une bourse complète à Barry, lui accordant une place dans le cours d’études islamiques d’Al-Azhar.

Partagez sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.