Dangote Group : “Vous vous en sortez bien. Continuez à faire…” ; le président nigérian charmé par les réalisations d’Aliko Dangote

Le groupe Dangote a reçu ce lundi 23 octobre une distinction importante de la part du président du Nigéria, Bola Ahmed Tinubu, qui a exprimé la position du gouvernement sur les nombreuses avancées de l’entreprise au Nigeria et dans toute l’Afrique.

Cette reconnaissance présidentielle fait suite à plusieurs distinctions et récompenses reçues par l’entreprise pour avoir créé des milliers d’emplois et touché des vies.

Le président Tinubu qui a visité le compartiment du groupe Dangote lors de la réunion en cours le 29ième Le Sommet économique nigérian à Abuja a déclaré : “Vous vous en sortez bien. Continuez à faire les bonnes choses que vous faites. Continuez d’investir au Nigeria”.

Dangote est le plus grand employeur de main-d’œuvre après le gouvernement au Nigeria et également un employeur important de main-d’œuvre à travers l’Afrique, où il a ses cimenteries en activité. Il est également l’un des plus grands philanthropes du continent.

Dans son discours prononcé plus tôt lors de l’ouverture du sommet annuel, le président avait appelé les opérateurs du secteur privé à se joindre au développement de l’économie nigériane, ajoutant que le pays ne peut se développer que par un effort de collaboration.

Les experts qui se sont exprimés lors du sommet ont déclaré que le Nigeria attendait la raffinerie de Dangote, exprimant leur optimisme quant au fait qu’elle donnerait un coup de pouce significatif à l’économie du pays.

S’exprimant lors d’une table ronde intitulée : « Libérer notre avantage concurrentiel », le directeur général du groupe Dangote Industries Limited (DIL), M. Olakunle Alake, a déclaré qu’il était heureux que le gouvernement du président Tinubu comprenne le rôle du secteur privé, tout en renforçant la nécessité de la collaboration.

M. Alake a déclaré que le Nigeria doit développer son économie et en particulier le secteur manufacturier pour être en mesure de jouer un rôle central dans la Zone de libre-échange africaine et continentale (ZLECA).

Il a identifié la faiblesse du secteur productif, le manque de compétences requises et le manque d’infrastructures comme des obstacles au bon décollage de la ZLECAf.

Il a déclaré que bien que la ZLECA ne soit pas la solution à l’économie nigériane, le pays pourrait en tirer le meilleur parti en soutenant la croissance du secteur manufacturier.

M. Alake a exhorté les gouvernements des pays d’Afrique de l’Ouest à résoudre les problèmes qui entravent la mise en œuvre des protocoles de la CEDEAO, regrettant que les affaires entre les pays d’Afrique de l’Ouest soient toujours difficiles.

Il a plaidé en faveur de l’amélioration des services frontaliers, portuaires et douaniers sur le continent.